Le réseau social profite de toute l’attention porté sur le plus grand festival de cinéma pour promouvoir le partage et la solidarité du 13 au 24 mai.
 
Une vue du Village Horyou à Cannes.
 
Cannes est certainement le plus connu et le plus prestigieux des festivals de cinéma dans le monde avec une audience cumulée de plus de 300 millions et la participation de près de 4500 journalistes. Cette année, en marge des projections cinématographiques et de la très convoitée montée des marches, on parle de partage et de solidarité.
Horyou, le réseau social pour l’innovation sociale a investi la Croisette en installant son quartier général dans les jardins du Grand Hôtel de Cannes. Le Village Horyou est un vaste espace où des personnalités, des organisations et des professionnels de différents secteurs se retrouvent pour partager des messages d’espoir, porteurs de changement.
Il abrite de nombreuses activités : des concerts et spectacles, des projections cinématographiques de films produits par Horyou sur différents projets porteurs de sens dont le Cinéma Numérique Ambulant et la fondation Cœur d’Afrique, de même qu’un plateau qui reçoit des invités prestigieux interviewés parfois par Yonathan Parienti, le CEO de Horyou himself, une aire d’exposition où des organisations présentent leurs activités, etc.
Yonathan Parienti (au centre) en interviewer
Si le Cameroun est cruellement absent du festival de Cannes, en revanche, il est bien présent au Village Horyou avec quatre organisations : le Relai enfants-parents (Repcam), l’Association des compétences pour une vie meilleure (Ascovime), l’Association pour la promotion des bibliothèques rurales (Asprobir) et l’Association des jeunes pour un comportement positif (Ajecp).
Directeur du développement Afrique à Horyou, le Camerounais Blaise Pascal Tanguy explique que ce réseau social offre à ces associations une réelle opportunité de rencontrer des bailleurs de fonds potentiels et de conclure des partenariats. Au rang des personnalités qui défilent dans le fauteuil du plateau Horyou, Patricia Kwende, réalisatrice du film L’Appel (Ecrans du court métrage 2014 à Yaoundé). Son interview, comme d’autres, est disponible sur YouTube.
Le Dr George Bwelle bien entouré.
Parmi les activités phares du Village Horyou, cinq journées dédiées à cinq grandes causes à l’occasion des tables-rondes : la préservation de la faune et de la flore (17 mai), l’éducation pour tous (18 mai) avec, entre autres intervenants le Dr George Bwelle, Président de Ascovime. Mais aussi l’autonomisation des femmes (19 mai), l’innovation pour tous (20 mai) et la préservation du climat (22 mai).
Créé en 2013 avec siège à Genève, Horyou est, en quelque sorte, le Facebook des projets et acteurs pour l’innovation sociale. La plateforme compte aujourd’hui 620 organisations, 220 personnalités et des membres de 118 nationalités. Déjà en 2014, Horyou était présent au Festival de Cannes, réalisant des interviews aussitôt mis en ligne. Une présence bien discrète, comparée à celle de 2015. Un véritable festival dont Mosaïques est partenaire.
Stéphanie Dongmo